PORTES OUVERTES / OPEN MAAC ARTISTS’ STUDIOS 2019

SAMEDI / ZATERDAG 14.09.19
À PARTIR DE / VANAF 11:00

11h – 18h30 > Portes Ouvertes des 6 ateliers d’artistes avec :

18h – 22h > ‘Rabat 1964’ , une installation vidéographique d’Antone Israel, initiée en 2015 avec Samir El Guertit.

+ Performance « Inside Out » de Claudia Nunes
+ 20h30 > Live d’Elektronisch Volume Electronique

> > Ce samedi 14 septembre de 11h à 18h00, les artistes de la Maison d’Art Actuel des Chartreux vous accueillent dans leurs espaces de travail… Vous y rencontrerez le Collectif Labo dont les membres passionnés par l’image argentique explorent la pellicule 8 et 16mm pour la survie exigeante et indispensable de ce médium. Les nouveaux développements dans les vidéos de Clara Thomine, le minutieux travail d’installations de Justine Bougerol fraîchement arrivée en résidence long terme, les nouvelles approches en cours de réflexion dans le travail de Bruno Hellenbosch, ainsi que les recherches sonores d’Antonin Gerson qui prépare son exposition personnelle prévue du 21/11 au 21/12/19 dans le cadre de la Bourse COCOF-MAAC 2019. Cette année, nous invitons également Maëlle Dufour, Noémie Goldberg et Thomas Gillon qui exposera ses recherches picturales naissantes dans l’espace d’exposition avant.

Ensuite rejoignez-nous après 18h pour prendre un drink dans les espaces d’expo en découvrant ‘Rabat 1964’, une installation vidéo d’Antone Israel – en coprodution avec Moussem et FWB – ainsi que des performances de Claudia Nunes et d’Elektronisch Volume Electronique

——————————————————————————————————————–
« Rabat 1964 », installation vidéographique d’Antone Israel initiée en 2015 avec Samir El Guertit, qui consistait à… 

…faire un remake à l’identique de films de vacances amateurs des années 60, 70 et 80 glanés au hasard des trouvailles d’Antone Israel au marché aux puces de Bruxelles. Trouvé parmi tant d’autres mais ayant retenu l’attention particulière de l’artiste, ce film est tourné à Rabat en 1964 par un industriel belge en voyage d’affaires au Maroc et l’installation vidéo qui en résulte est une confrontation de l’original avec sa réplique. Les deux projections synchronisées viennent pointer les 54 ans qui les séparent. Entre ces deux films, il y a ce qui a changé et ce qui reste immuable. En jaillisse la réévaluation du statut et de la valeur du film amateur et par ailleurs la dimension historique portée par celui-ci en redéfinissant dans le temps ce qui fait ordre de patrimoine.

Les quatre années de préparations, de repérages et de tournages ont donné lieu à de multiples rencontres, invitant les personnes croisées à voyager dans le temps pour mieux localiser le présent.

Peu à peu des noms ont commencé à apparaître sur les visages et les silhouettes anonymes de 1964, reconnus par des proches en 2018. Des récits de familles, des histoires intimes, les figures populaires de la vieille médina,… Au fil des rencontres faites autour de ces images vieilles de 54 ans, la volonté de redonner une voix à ces lieux, portée par les Rabatis, s’est imposée, se formalisant en un travail sonore qui accompagne les deux projections et balise l’espace d’exposition. À travers cette polyphonie de récits, d’une certaine façon, le projet est passé d’un acte de reconstitution à un acte de restitution. La restitution des images d’une ville passée à cette même ville, en son présent.

‘Rabat 1964’ , une coproduction Moussem, FWB et MAAC

Captation : Naya Kuu et Hakram Haissoufi
Réalisation et montage : Antone Israel
Producteur exécutif : Samir El Guertit

sep-ligne-940x25