sep-ligne-940x25

Aurélie Haberey & Djos Janssens – « C comme Konfort »

08.03.13 > 30.03.13

sep-ligne-940x25

55_aurelie_haberey_djos Janssens_01

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort", (vitrine)

55_aurelie_haberey_djos Janssens_02

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"

55_aurelie_haberey_djos Janssens_03

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"

55_aurelie_haberey_djos Janssens_04

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"

55_aurelie_haberey_djos Janssens_05

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"

55_aurelie_haberey_djos Janssens_06

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"

55_aurelie_haberey_djos Janssens_07

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"

55_aurelie_haberey_djos Janssens_08

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"

55_aurelie_haberey_djos Janssens_09

Aurélie Haberey & Djos Janssens - "C Comme Konfort"


sep-ligne-940x25

Dans C comme Konfort, les artistes Aurélie Haberey et Djos Janssens  – initiateur du projet – ont exploré les notions de confort et toutes les déclinaisons de celles-ci, au propre et au figuré, par l’utilisation de photos, peintures, dessins, installations et vidéogrammes.

« […] Pour Djos Janssens  : « Le confort, avant tout, c’est l’espace intellectuel et physique que vous passez avec votre entourage, et ce, dans le respect et l’épanouissement mutuel ». D’où la question en vitrine : « Qu’attendez-vous d’un jour de plus ? » et une forme de réponse à l’entrée de l’exposition avec un endroit de farniente sur fond de photographie idyllique avec évocation libre de l’Australie. Le rêve, l’exotisme, le bien-être.
Pour sa part, Aurélie Haberey  estime que « le confort fait lien avec l’intime. C’est l’idée de chercher une assise personnelle en rapport au monde. » En tant que photographe, elle dépose dans l’exposition quelques clichés dans lesquels il est surtout question … d’inconfort.
En fait, c’est entre ces deux pôles que se décline l’ensemble du dispositif commun dans une suite de glissements de sens au sein desquels s’insère un certain humour […] C’est en ces rapports toujours un peu incertains et ambigus qu’il convient de lire cette exposition où chaque détail compte […]. »

Claude Lorent, « Un dialogue inconfortable », in : La Libre culture, 20.3.13, p. 18
sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25