sep-ligne-940x25

Benoit Félix – « Borderline »

30.04.10 > 29.05.10

sep-ligne-940x25

40_benoit_felix_01

Benoit. Félix - "Borderline"

40_benoit_felix_02

Benoit. Félix - "Borderline"

40_benoit_felix_03

Benoit. Félix - "Borderline"

40_benoit_felix_04

Benoit. Félix - "Borderline"


sep-ligne-940x25

Cette exposition à la MAAC s’est inscrit dans la suite de l’installation vidéo in situ présentée avec la collaboration de Jonathan Sullam  chez V-tro, quelques rues plus loin, en avril 2009. L’aide précieuse que m’apporte Jonathan pour la concrétisation de ce nouveau champ de mon travail m’a logiquement amené à l’inviter à intervenir dans le contexte de celui-ci. Comment? Comme une sorte d’interprétant extérieur, intrusion d’un élément étranger à laquelle mon travail, à son tour, devra répondre.

Quand je dis « mon travail », je parle des travaux dans l’espace se développant comme, disons: la conséquence d’avoir touché l’image, ou d’avoir voulu attraper le dessin comme si c’était une chose – le fil du dessin s’écoulant dès lors hors de lui, dans l’espace où nous sommes nous, ici avec notre corps – le corps du dessin pouvant, à partir de là s’imposer comme une objection physique à nos déplacements, arrêtant, modifiant, induisant ceux-ci.

Les vidéos présentées à la MAAC, sont, au même titre que l’installation de Jonathan, une interprétation de ce travail : sous forme de séquences courtes, mises en scènes de la relation d’expectative de celui qui dessine à l’étrangeté du corps devenant tout à coup autonome de la ligne qu’il trace (ou du pan de peinture qu’il étale). Histoires un peu dérisoires où celui qui dessine se retrouve tout à coup comme le prolongement de ce qu’il dessine ou qu’il peint, voire comme ce qui tombe ou qui disparaît de ce qu’il dessine ou qu’il peint…

Benoit Félix , 2009
sep-ligne-940x25
Benoit Felix, « visite de l’exposition »
sep-ligne-940x25


sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25