sep-ligne-940x25

Élodie Antoine – « Living room »

02.10.09 > 30.10.09

sep-ligne-940x25

32-elodie-antoine_02

Elodie Antoine -" Chaises à bascule", (technique mixte)

32-elodie-antoine_01

Elodie Antoine - "Chaises à bascule", (technique mixte)

32-elodie-antoine_03

Elodie Antoine - "Chaises à bascule", (technique mixte)

32-elodie-antoine_04

Elodie Antoine - "Chaises roses et excroissances, chaise, cadre et velour rose"

32-elodie-antoine_05
Elodie Antoine - "Impact de goutte matellassé",
(évier, simili cuir, mousse)
32-elodie-antoine_06
Elodie Antoine - "Impact de goutte matellassé", (évier, simili cuir, mousse)
32-elodie-antoine_07

Elodie Antoine - "Moulure itinérante", (moulure et papier peint)

32-elodie-antoine_08

Elodie Antoine - "Moulure itinérante", (moulure et papier peint)

32-elodie-antoine_09

Elodie Antoine - "Moulure itinérante", (moulure et papier peint)

32-elodie-antoine_11

Elodie Antoine - "Paysage nucléaire", (Dentelle aux fuseaux)

32-elodie-antoine_10

Elodie Antoine - "Paysage nucléaire", (Dentelle aux fuseaux)

32-elodie-antoine_12
32-elodie-antoine_13

sep-ligne-940x25

Élodie Antoine  invente des objets hybrides mêlant des éléments issus d’univers dissemblables, voire contradictoires; un rouge à lèvres en forme de mèche à béton, des centrales nucléaires en dentelle, une culture de bacilles en broderie, des tuyauteries en feutre ou des usines en tissus matelassés…

Dans ses installations il arrive qu’un élément se reproduise jusqu’à coloniser l’espace – des champignons textiles dans une forêt à Zwalm, ou même les moulures d’un plafond. Ses éléments ordinairement inanimés se voient dotés d’une vie propre, contaminent l’espace comme le ferait un champignon, une moisissure, bousculant l’ordre établi et suscitant des sentiments tour à tour de curiosité, d’attraction et de répulsion.

Un des thèmes que j’aborde dans mon travail est la contamination, la contagion.
Je crée des environnements de sculptures textiles qui semblent coloniser les espaces dans lesquels elles sont installées. Je pars d’objets que l’on côtoie quotidiennement et nous environnent tels que des chaises, fauteuils, meubles, papiers peints, tapis, tuyauterie de chauffage…

Cet univers qui nous semble familier se transforme, mute, pour on ne sait quelle raison et se répand, devient autonome, inquiétant, voire menaçant. Les textiles présents dans ces objets sont assimilés à de la peau, des muqueuses, ou un végétal qui se développerait et s’emparerait de l’espace.

Certains éléments sont des sortes d’excroissances textiles, abstraites, que j’installe dans les coins et recoins des lieux, qui ne nous sautent pas aux yeux mais qui sont là comme une menace, à la manière de champignons qui parfois se répandent insidieusement dans nos maisons.

Élodie Antoine
sep-ligne-940x25
Elodie Antoine, « Feutres tranchés« , (avec l’aide de Karine Marenne)
sep-ligne-940x25


sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25