sep-ligne-940x25

Karine Marenne – « L’élégance crée l’ambiance »

14.11.08 > 20.12.08

sep-ligne-940x25
Lauréate Bourse COCOF 2008
sep-ligne-940x25

27_karine-marenne_01

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_02

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_03
Karine Marenne
"L'élégance crée l'ambiance"
27_karine-marenne_04

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_05

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_06

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_07

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_08

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_09

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"

27_karine-marenne_10

Karine Marenne - "L'élégance crée l'ambiance"


sep-ligne-940x25

L’exposition L’élégance crée l’ambiance trace le parcours de Caravan of Love, qui emprunte différentes voies – vidéos, photos et performances.

Caravan of Love, c’est d’abord l’histoire d’une WaWa, cette caravane mythique des golden sixties incarnant le rêve de liberté par la mobilité et son lot de plaisirs à la carte prescrits par le progrès industriel et l’électrodomestique. Au fil des œuvres et des lieux, cette maisonnette roulante, dont l’intérieur est savamment orchestré dans une atmosphère lovelove vintage par Karine Marenne, décline les réalités sociales et les contradictions humaines sur le mode de la dérision.

Caravan of Love c’est aussi la question des genres et la position de la femme. Elle renvoie l’image d’un couple heureux, monsieur et madame Dufour, profitant des vacances dans un bonheur frelaté et superficiel où la maîtresse des lieux, délicieusement incarnée par l’artiste, prend un plaisir inouï à astiquer son home sweet home jusqu’à la névrose orgasmique. Elle porte en elle un paradoxe de la condition féminine où le savoir-faire ménager doit côtoyer la performance sexuelle.

Caravan of Love affirme une certaine belgitude dont elle cultive subtilement le second degré et l’humour. Elle s’amuse à faire escale dans des institutions culturelles, comme des galeries, pour poursuivre sa route dans les campagnes belges.

Les ambivalences des années soixante analysées par Karine Marenne traversent les générations et aujourd’hui encore les relations de couples, le rôle de la femme ou le paysage urbain bruxellois offrent des contrastes violents. Mais pas de coup de blues nostalgique, Karine Marenne  pose un regard vif et cocasse sur les rêves d’une époque dont les stigmates restent présents dans nos sociétés contemporaines.

Dans le cadre de cette exposition, Etienne Tilman a tenu un cycle de deux conférences à la MAAC, « Sexe, mensonges et diapositives » :

1. Nouveau simulationnisme dans l’art contemporain. Trop de mensonges tue le mensonge (samedi 29 novembre 2008, 15h)
2. Le sexe dans l’art contemporain (Samedi 13 décembre 2008, 15h)
sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25