Koen Wastijn & Johan Deschuymer
« Vervaldata/ données d’expiration / expiry data »

21.01.11 > 12.02.11

sep-ligne-940x25

41-koen-wastijn_johan deschuymer_01

Koen Wastijn - "En Chine"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_02

Koen Wastijn - "En Chine"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_03

Koen Wastijn - "En Chine"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_04

Koen Wastijn - "En Chine"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_05

Johan Deschuymer - "Dirt Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_05-02

Johan Deschuymer

41-koen-wastijn_johan deschuymer_06

Johan Deschuymer - "Gangster Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_07

Johan Deschuymer - "Garden Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_08

Johan Deschuymer - "Golfer Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_09

Johan Deschuymer - "Le Moine Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_10

Johan Deschuymer - "Rolstoel Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_11

Johan Deschuymer - "SKI Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_12

Johan Deschuymer - "Summer Sun Hazard"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_14

Johan Deschuymer - "Réalisation de la fresque"

41-koen-wastijn_johan deschuymer_13

Johan Deschuymer - "Réalisation de la fresque"


sep-ligne-940x25

Koen Wastijn & Johan Deschuymer ont travaillé ensemble de 1989 à 1999.  Ils ont développé une réflexion sur le thème de l’organisme – surtout animal – dans un monde évoluant à grande vitesse. Leur recherche principale se situait au niveau de la confrontation nature/culture ou plus précisément sur les limites constamment redéfinies de ces 2 mondes. L’un n’étant que le prolongement de l’autre, la culture n’était qu’une extension extrêmement contradictoire de la nature. D’où la notion de conflit constante dans l’histoire humaine. Ils ont travaillé la sculpture – moulages, installations, la vidéo et les copies d’animaux vivants.

Pour le MAAC, ils ont proposés une collaboration des deux travaux qui se croisent dans la problématique et dans l’exécution – dans ce cas-ci une fresque.

Koen Wastijn s’est concentré sur la question des informations quotidiennes d’Internet, du trafic de données. Wastijn les intitule ‘POEMS’ parce qu’il les considère comme des poèmes – absurde – sur la vitesse et son penchant contradictoire les bouchons – dus en partie à la surproduction.

Johan Deschuymer se concentre, lui, à l’imagerie lié au monde de la consommation où l’acheteur est directement confronté à la moindre conséquence de sa consommation donc de sa survie. Il démontre par là le ‘sans issue’ de la problématique de déresponsabilisation des maux de l’industrie contemporaine

sep-ligne-940x25
Koen Wastijn & Johan Deschuymer / « Dream is land » – « west gate bridge »sep-ligne-940x25


sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25
maac_bannierre-logos-940X95