sep-ligne-940x25

Mehdi-Georges Lahlou – « Walking to lahloutopia »

13.10.12 > 18.11.12

sep-ligne-940x25
Lauréat Bourse COCOF 2012
sep-ligne-940x25

52-medhi-geoges-lahlou_01

Mehdi-Georges Lahlou - "72 Vierges"

52-medhi-geoges-lahlou_02

Mehdi-Georges Lahlou - "72 Vierges"

52-medhi-geoges-lahlou_03

Mehdi-Georges Lahlou - "72 Vierges"

52-medhi-geoges-lahlou_04

Mehdi-Georges Lahlou - "Équilibre au vase"


sep-ligne-940x25

Cette exposition s’est inscrite dans le cadre de DABA Maroc, initiative de Wallonie-Bruxelles International. Il s’agissait d’insister sur la modernité culturelle et artistique du Maroc d’aujourd’hui, en privilégiant les pratiques indépendantes et citoyennes. Une place particulière était accordée aux rapport avec les populations d’origine marocaine vivant en Wallonie et à Bruxelles.

Artiste aux identités plurielles, Mehdi-Georges Lahlou  s’est choisi Bruxelles comme terre de création depuis 2007. Le passé surréaliste de la ville s’accorde à son sens aigu de l’absurde, où il englobe plus largement des réflexions sur le monde arabo-musulman et judéo-chrétien. A travers différents médiums, performances, vidéos, photos, installations, Mehdi-Georges Lahlou traite avec un humour transgressif les codes culturels et sociaux de sa double identité. Jonglant d’une communauté à l’autre, de l’ethnie au genre, il déjoue les stéréotypes appliqués au corps, à la sexualité et à l’appartenance.
Désormais appréciable sur une certaine durée, la démarche de Mehdi-Georges Lahlou s’affirme notamment à travers la sculpture qui cristallise son emploi des différents médiums.

Pour la MAAC, il a réalisé l’installation 72 vierges.

72 vierges précisément ordonnées sous nos yeux telle une armée sainte d’une blancheur pure, 72 vierges promises aux martyres musulmans, 72 huris en plâtre qui sont autant de paradoxes renvoyant aux questionnements soulevés dans l’œuvre de Mehdi-Georges Lahlou.
Notre regard s’y abandonne… L’installation sculpturale 72 vierges suscite un sentiment étrange où chaque élément paraît à la fois semblable et différent. Chacun des bustes, immaculés et voilés d’un hijab blanc, constituant cette installation, montre un moulage représentant l’artiste.
L’installation irradie et semble en lévitation. Elle pointe le côté paradisiaque associé à la religion ; s’élevant au ciel tout en restant profondément ancrée dans le sol. L’artiste donne en quelque sorte, une incarnation du Paradis d’autant qu’il s’y auto-représente, jouant sur une ambiguïté présente dans le Coran.
Baignée dans de subtiles nuances opalescentes, l’installation pose à la fois la question centrale de l’interdiction de la représentation dans l’Islam et évoque la pratique controversée du voile. La couleur blanche peut avoir un sens différent selon que l’on se réfère à la culture islamique ou chrétienne. Pour les croyants pratiquant une religion fondée sur le Christ, la blancheur suggère la pureté voire l’extase tandis que les musulmans l’associent à la cérémonie du deuil.

« Selon (…) le Coran, Hur’in est composé des deux mots « hur » et « in ». Le mot ‘hur est le pluriel des deux formes ahwar (masculine) et hawra (féminine) qui signifient « aux yeux blancs »,
Le second mot, In, est le pluriel des deux formes ayan (masculine) et ainao (féminine). Ce mot désigne la beauté des yeux du buffle, qui sont blonds. En général, ce mot implique « les plus beaux yeux », quel que soit le sexe de la personne. Ainsi, la façon la plus fidèle de rendre le mot houri en français pourrait être : « compagnons purs, aux plus beaux yeux », compagnons s’appliquant à la fois à des hommes et à des femmes. »
Source Wikipédia

Cristallisant le thème des oppositions et de l’ambivalence omniprésente dans l’œuvre de Mehdi-Georges Lahlou, les 72 bustes aux Hijabs désignent des dichotomies telles que paradis / réalité, vie / mort, masculinité / féminité, sacré / profane, tout en soulignant simultanément la multiplication des identités et la perte de l’individu par l’identification à un groupe (social, sexuel ou culturel).
La complexité de l’installation 72 vierges dévoile sa force dans ces nombreuses composantes paradoxales et ambigües. Les réalisations artistiques de Mehdi-Georges Lahlou aux ramifications impertinentes trouvent ici un aboutissement non moins pertinent.

Nancy Suárez
sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25