sep-ligne-940x25

Myriam Hornard – « What is most personal is anonymous »

16.01.09 > 14.02.09

sep-ligne-940x25

28_myriam_hornard_01

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_02

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_03

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_04

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_05

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_06

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_07

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_08

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_09

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_10

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"

28_myriam_hornard_11

M. Hornard - "What is most personal is anonymous"


sep-ligne-940x25

En partenariat avec le centre d’art Dominique Lang, Ville de Dudelange (L).

C’est dans la nature du monde d’organiser l’oubli, de fournir trompe-la-mort et soutiens mondes, leurres en tous genres pour se continuer, se poursuivre, oublier notre condition de «sauvage de passage ». Tout cela si instable, impalpable, changeant, rapide, chaotique, douteux…..

Cette nouvelle étape du travail met en évidence la force et la présence des parties cachées du corps humain et animal : l’odeur sauvage des os, les cheveux, les œufs, les plumes, la peau… beaucoup de choses sans valeur mais éclatantes de vitalité, se référant à la création du monde.
Une intimité commune : quelque chose d’à la fois répugnant et attirant.
[…] montrer comment on cache notre véritable nature dans cette vie totalement organisée, comment nous nous en échappons par une attitude mécanique causée par le travail, l’occupation constante, l’intrusion permanente du secteur publique dans l’intime, la consommation des biens, les désirs, le stress, les peurs…

« What is most personal is anonymous » est une installation globale, souvent lumineuse, faite de beaucoup d’objets – cheveux étendus, sommeillant dans une archelle de résine, emprisonnés dans une fleur d’organdi doré, feutrés en forme de petites pantoufles … ou des
familles d’objets fonctionnant entre elles par effet de domino. Une chose en amène une autre».

Eternel recommencement toujours, avec une installation où l’on entend la voix du psychanalyste Jacques Lacan qui, lors d’un séminaire, explique qu’il recommence puisqu’il croyait en avoir fini. N’est-ce pas ce que l’on fait tous. Le travail de Myriam Hornard  est baroque parce qu’il est centré sur l’excès, le foisonnement, la sexualité, le désir utilisé comme lutte contre la destruction et la mort.
sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25