sep-ligne-940x25

Myriam Hornard – « Ghosts are guests »

17.10.14 > 08.11.14

sep-ligne-940x25

63_myriam-hornard_01

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_02

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_03

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_04

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_05

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_06

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_07

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_08

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_09

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_10

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_11

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_12

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"

63_myriam-hornard_13

Myriam Hornard - "Ghosts are guests"


sep-ligne-940x25
Dans Ghosts are Guests de Myriam Hornard , vidéos, photographies et performances sont autant de dispositifs pour figurer notre rapport duel au temps, entre durée et transformation, permanence et évanescence.
Dans nos vies, les objets du quotidien – profanes ou sacrés, animaux ou non-animés – sont autant de « soutiens-monde », d’échafaudages se dressant, frêles, contre l’altération du monde. C’est pourquoi l’artiste les a moulés et reproduits – en cire de récupération ou en graisse animale – et en orchestre leur fonte et leur effondrement. De ces métamorphoses continuelles émerge la question de ce qui meurt et de ce qui demeure. Car ce travail nous rappelle que l’oubli organise notre expérience du temps tout autant que le souvenir. Le silence du rien fait écho au bruissement de la vie.

Sabrina Parent

Dans cette exposition, Myriam Hornard a également présenté des créations en savon, comme ici à la MAAC avec un chien dont le public pouvait se servir comme savon, en le caressant, pour se laver les mains.
sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25