sep-ligne-940x25

Sébastien Rien – « Animals »

07.05.11 > 05.06.11

sep-ligne-940x25
Lauréat Bourse COCOF 2011
sep-ligne-940x25

44_sebastien-rien_01

Sebastien Rien - "Animals"

44_sebastien-rien_02

Sebastien Rien - "Animals"

44_sebastien-rien_03

Sebastien Rien - "Animals"

44_sebastien-rien_04

Sebastien Rien - "Animals"

44_sebastien-rien_05

Sebastien Rien - "Animals"

44_sebastien-rien_06

Sebastien Rien - "Animals"

44_sebastien-rien_07

Sebastien Rien - "Animals"


sep-ligne-940x25

L’œuvre de Sébastien Rien  s’articule principalement autour des rapports qui se tissent entre le vivant et la technique. Ses réflexions se concrétisent au sein de différents projets processuels dont on citera ici deux exemples représentés dans l’exposition ANIMALS.

Sang mêlé est un travail de sélection et d’hybridation de couleuvres qui questionne la classification des espèces et l’être vivant comme un être aux frontières vaporeuses. Ce projet se situe entre sciences, techniques, arts et philosophie.

L’exposition ANIMALS a révélé principalement son projet Plasticité d’un paradoxe ; projet à partir de serpents qui se situe à mi-chemin entre la sculpture et la photographie.

Ces sculptures « naturelles » de serpents obtenues par cryoconservation sont montrées à travers le médium photographique car, devant être maintenues à très basse température, elles ne peuvent être exposées telles quelles.

Ce travail opère aussi une désacralisation du sujet en présentant des photos de couleuvres mortes et donc inoffensives. Le paradoxe naît aussi de l’opposition entre l’absence de vie qui nous est montrée et la création d’une forme par l’intermédiaire de la photographie.

Le serpent, animal symbolique par excellence, ambigu voire ambivalent, offre toute sa poétique au travail de Sébastien Rien. Présente dans de nombreuses fables et bestiaires, l’imagerie du serpent est profonde et vaste. On le retrouve dans beaucoup de folklores, notamment liés à la sagesse et au pouvoir de guérison.
sep-ligne-940x25
bandeau-info-940x75
sep-ligne-940x25